SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

moisson des auteurs

 
     
 
Charles Charras
Photo : DR
Charles Charras

Liste des oeuvres présentées dans Actes du Théàtre :
Sainte-Machine (en collaboration avec André Gille)
[ imprimer ]


(Actes du Théâtre N° 10 janvier-juin 1999) - Dernière mise à jour 2005

Charles Charras est né à Saint-Etienne en 1920.
Il fut secrétaire de Charles Dullin (1946 à 1949), acteur et régisseur de sa troupe. Il a travaillé ensuite avec Raymond Hermantier (1949 à 1952), puis est entré dans la compagnie de Jacques Fabbri (1953 à 1968). Il est devenu professeur d’art dramatique à l’école Charles Dullin en 1948.
Il a été comédien et l’auteur de nombreuses pièces, poèmes et textes humoristiques pour le théâtre, la télévision ou la radio et de plusieurs adaptations de pièces de Shakespeare.
Son œuvre théâtrale :D’une étoile à l’autre (1945), Cinquante minutes d’attente (1955, Prix de la pièce comique RTF), L’Homme à l’ombrelle blanche (Th. de Poche, Paris 1960), Robert Macaire (Première chaîne télé 1971), Dédé Miroir (1972), Charles Boissard (radio 1972), Le Roi tatoué (Th. du Jard, Paris 1983), Si on veut aller par là (Th. du Lucernaire, Paris 1986), Au point du jour (1985), Je vais dormir croyez-moi (France Culture 1989), Le Mystère du silencieux (9ème centenaire de la Basilique de Paray-le-Monial 1992), Charlie le Bel (1998), a et Sampiéro (Rencontres de Haute-Corse), Satie’s fashion (2001), Ils seront revenus avant-hier (Rencontres de Haute-Corse 2002).
Il a adapté : pour la troupe de Jacques Fabbri (Les Joyeuses Commères de Windsor, Le Songe d’une nuit d'été) ; Dites-moi, Monsieur Paoli (2000), Vannint d’été) ; pour la Comédie française (Comme il vous plaira) ; pour la Comédie de Saint-Etienne (Roméo et Juliette) ; pour le Th. populaire des Cévennes (Peines d’amour perdues, Beaucoup de bruit pour rien) ; pour la cie du Matamore (La Terre des seigneurs, Livia).
Il a trouvé en Anfré Gille un vrai collaborateur : Fra diavolo d’après l’opéra d’Auber et de G. Van Parys (Opéra de Marseille 1969), Les Italiens à Paris (Th. nat. de Belgique, Comédie-Française 1969), Don César de Bazan (dramatique télévisée 1970), Le Buffet (Radio diffusion française 1971), Tu t’imagines Guérillero (Festival d’Aigues-Mortes 1974), Le Président (Café-théâtre Le Fanal 1976), Sainte-Machine (nouveau Th. de Liège 1978), Un coin dans le sens de la marche (Café-théâtre Le Fanal 1978).
Ses poèmes et textes humoristiques ont été édités sous le titre Le Cœur dans le chapeau (Prix poésie de l’Académie française 1981, Prix de la Maison de la poésie 1988, éd. Polygraphie 1978).