SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
Quelle famille !
Francis Joffo
Actes du théâtre n° 13.[ imprimer ]
Denise et Raymond ont une fille Michèle. Quand Michèle a épousé Bernard, elle a eu la chance de trouver un appartement dans la même rue que ses parents : un vrai bonheur pour cette famille qui s'entend si bien. Jusqu'au jour où Denise prend l'habitude de venir se réfugier chez sa fille chaque fois qu'un petit différend l'oppose à son mari. Et les petits différends devenant de plus en plus fréquents, le bureau de Bernard se transforme petit à petit en résidence secondaire pour sa belle-mère. Mais cette fois-ci, lorsque Denise entre pour la énième fois chez sa fille, sa valise à la main, la situation est beaucoup plus grave : elle annonce à sa fille son intention de divorcer après quarante ans de mariage! Et ce n'est pas fini…

" Dans la pure tradition des Feydeau et autre Guitry, les relations de couples évoluent entre comiques de situations et un discours joyeux mais réaliste et piquant, avec pour boute-en-train de cette soirée le papy de 80 ans. "
Joan Amzallag, France soir, 10 mai 2001

" Comédie sur la confrontation à l'usure du temps, Quelle famille! n'a aucune prétention métaphysique ou spirituelle, mais distille une psychologie saine et une éthique réaliste du bonheur familial reposant sur l'unité dynamique de générations quand celles-ci osent se rencontrer et se parler. "
Pierre Durande, L'Homme nouveau, 20 mai 2001

Création le 25 avril 2001 au Théâtre Saint-Georges.
M.e.s : Francis Joffo. Déc. : Charlie Mangel. Cost. : Sylvie de Segonzac. Mus. : Sylvain Meyniac. Avec : Christine Delaroche, Anne-Marie Mailfer, Olivier Lejeune, Christian Marin, Elisa Sergent, Mathieu Sintomer, Étienne Draber.

Personnages : 3 femme(s) - 4 homme(s) -

Bernard ouvre la porte. Paraît Annie, sa fille. Elle a dix-huit ans, elle est ravissante. Elle a un sac de voyage à la main. Elle est très gaie.
ANNIE : Salut Papa! Ça va?…
BERNARD : Annie!… Mais qu'est-ce que tu fais là?
MICHELE : Annie!
ANNIE : Ras le bol de la montagne!…
BERNARD : Et tes clefs. Tu n'as pas tes clefs?
ANNIE : Je les ai perdues dans la neige. Bonsoir Maman. (Elle aperçoit Papy) Superpapy!!! Oh ben ça alors. Pour une surprise. Eh ben… tu m'embrasses pas?
PAPY : C'est qui ça?
BERNARD : Mais c'est Annie, Papy.
PAPY : C'est pas possible… La dernière fois que je l'ai vue, elle était haute comme ça…
ANNIE : J'avais quinze ans Superpapy. Aujourd'hui j'en ai dix-huit.
PAPY (explosant) : Je ne te le fais pas dire! Ça fait trois ans que tu n'es pas venue me voir… et tu voudrais que je t'embrasse?
ANNIE : C'est pas de ma faute, Superpapy…
PAPY : C'est de la mienne peut-être
ANNIE : Un peu… Tu n'es même pas venu à mon mariage…
PAPY : Et toi, tu es venu au mien? Ah! Non, ton arrière?grand-mère était malade… Je ne pouvais pas la laisser seule… Allez… embrasse-moi… Qu'est-ce que tu es belle! C'est fou ce qu'elle a changé.
ANNIE : Pas toi Superpapy. Tu ne bouges pas…
MICHELE : C'est vrai, tu ne bouges pas Papy.
BERNARD : C'est vrai Papy, vous ne bougez pas!!
PAPY : Ouais… Je suis arrivé à l'âge où tout le monde dit ça! " Il ne bouge pas le Papy… il ne bouge pas… " et un beau matin on dit : " Tiens il ne bouge plus le Papy… "
ANNIE : Oh… Il ne faut pas dire ça Superpapy!
PAPY : Je dis ce que je veux.
MICHELE : Annie… on peut savoir pourquoi tu rentres deux jours plus tôt que prévu?
PAPY : Elle a deviné que j'étais là… Et elle n'a pas résisté… C'est ça hein?
ANNIE (riant) : Oui, Superpapy, c'est ça… Et puis j'en avais marre de la neige…
BERNARD : Et ton mari? Tu le caches?…
PAPY : J'aimerais bien le voir cet oiseau-là!
MICHELE : C'est vrai, où est Franck? Il range la voiture?
ANNIE : Non… il est resté là-bas…
BERNARD : Comment, il est resté là-bas?…
ANNIE : Mais oui. Il avait envie de passer le week-end à Courchevel, pas moi… Alors, j'ai pris le train… C'est tout.
MICHELE : C'est insensé ce que tu racontes!!
ANNIE : Pourquoi?
BERNARD : Pourquoi? Tu trouves normal de laisser ton mari tout seul, en plein voyage de noces?