SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
Des hommes clef en main
Laurence Jyl
Actes du théâtre n° 15.[ imprimer ]
L’homme idéal n’existe pas et tenter de rendre un homme parfait est une utopie. Agnès, la quarantaine, un enfant, un métier et des fins de mois chaotiques, pense avoir trouvé l’équilibre en ayant deux hommes dans sa vie, qui se complètent, susceptibles de former à eux deux le prince charmant… L’un pour l’amour (un jeune loup surbooké, marié et père de famille) et l’autre pour la complicité et la tendresse (le père de son fils réduit à l’état de confident énamouré). Mais débarque en coup de foudre un troisième homme, plus jeune, plus simple, plus neuf… Sera-t-il cette perle rare ou Agnès reviendra-t-elle à ses deux hommes qui n’en font qu’un ?…

« Au-delà de la comédie, cette pièce est un regard sur la femme moderne aux abords de la quarantaine, capable d’assumer sa carrière et sa vie de mère… et cependant pas aussi forte qu’elle ne le croit. »
Laurence Jyl

Personnages : 2 femme(s) - 3 homme(s) -

Frédéric Emmanuel Pourquoi parles-tu de me quitter, comme ça, brusquement ? Qu’est-ce que j’ai fait ?
Agnès Tu n’as rien fait… rien… et ce n’est pas « brusquement »… il y a longtemps que j’y pense… Je ressens juste le besoin d’être seule.
Frédéric Emmanuel Mais comment ? Tu es seule, ma puce !… je te laisse seule autant que je peux, sois honnête… presque tous les week-ends… à Noël, à Pâques, aux grandes vacances… toutes les fêtes de famille… sans parler de mon boulot qui me dévore littéralement… tu ne vas pas me dire que je ne te laisse pas respirer !
Louis Maxence … tu sais que je fais de gros efforts pour ne pas être collant… c’est vrai que s’il ne tenait qu’à moi nous vivrions sous le même toit… mais il me semble que je fais comme tu le souhaites, même s’il m’en coûte chaque jour davantage.
Agnès Tu peux me dire ce que tu aimes en moi ?
Louis Maxence Bien sûr. Toi.
Agnès Tu peux développer ?
Louis Maxence J’aime ta façon de parler, de rire, de me regarder, de me donner chaque fois le désir fou de te tenir dans mes bras […] je pourrais continuer des heures à égrener les raisons qui me font t’aimer que je ne serais jamais plus fort ni sincère qu’avec ces simples mots : je t’aime et ce que j’aime en toi, c’est toi.
Agnès (à Frédéric Emmanuel) Et toi… qu’aimes-tu en moi ?
Frédéric Emmanuel Moi.
Agnès C’est-à-dire ?
Frédéric Emmanuel Ce que j’aime en toi, Agnès, c’est le reflet que tu me renvoies de moi. Je t’aime pour ta façon unique de m’écouter des heures, de ne pas me juger… je t’aime pour ton désintéressement, ta force intérieure, ta volonté de rester libre, indépendante… je t’aime pour le réconfort que tu m’apportes les jours de déprime et de doute… pour la jalousie qui t’anime quand tu me sais avec ma femme, pour cette succession de sentiments divers, parfois violents, parfois injustes mais qui me font penser que tu tiens à moi.