SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
Trois versions de la vie
Yasmina Reza
Actes du théâtre n° 12.[ imprimer ]
Trois versions de la vie propose trois versions de la même scène. La relation de deux couples au cours d'une soirée, les hommes sont astrophysiciens, l'un est le supérieur de l'autre. Les femmes ne s'étaient jamais rencontrées.

" J'ai voulu expérimenter à plein le pouvoir de l'écrivain de théâtre : on y joue trois fois la même scène, avec la même psychologie, et les mêmes situations. La seule chose qui change est que c'est moi qui manipule les personnages selon des règles très strictes. "
Yasmina Reza, citée par Olivier Schmitt, Le Monde

" Mon écriture fait une confiance totale à l'acteur. Avec un acteur médiocre, il ne reste rien d'une pièce, plus de sous-texte, plus de densité dans les silences, plus aucune perversité, rien. Il faut donc avoir le courage d'attendre, ce que ne comprennent pas la plupart des jeunes auteurs que j'ai rencontrés, trop impatients d'être joués. "
Yasmina Reza, citée par Olivier Schmitt, Le Monde

" Trois versions de la vie est davantage qu'une comédie de mœurs, et va par là même plus loin que Art. La pièce esquisse, à défaut de la développer, une vision de la vie d'une belle lucidité. Assez amère. Qui s'articule autour de deux propositions essentielles, clairement exprimées. La première : vivre dans les sommets de la pensée ne confère pas une particulière hauteur de vue. La seconde, corollaire : les mots les plus insignifiants engagent l'être. Yasmina Reza qui ne déteste pas fréquenter la transcendance, nous ramène toujours immanquablement à la réalité. Elle n'aime pas l'illusion. Ce va-et-vient fait le génie de son théâtre. Comme les situations et les personnages qu'elle nous propose nous sont en général familiers et comme sa langue est classique, ce génie est d'une superbe efficacité. "
Philippe Tesson, Le Figaro Magazine, 2 décembre 2000

" Il s'agit de trois situations dont les personnages ne sont pas maîtres, et qui, en les brusquant, les révèlent. Rien que de petits cataclysmes, mais dans les petits cataclysmes, même domestiques, l'homme devient lui-même, il commence à se ressembler. Pris au dépourvu, il n'a pas le temps de composer. Ici, des invités se trompent de jour et cueillent leurs hôtes au débotté. Il s'ensuit un malaise qui bouleverse les lois de l'hospitalité mais aussi de la bienséance. On ne sait plus comment mentir. Il ne reste que la vérité. Et la vérité, comme chacun le sait, n'est jamais bonne à dire. […]
Les trois variantes nous renvoient à une même difficulté d'être, au même échec. Il ne s'agit pas de variations abstraites. Yasmina Reza est réaliste, intimiste, presque familiale. […] Les couples vivent mal, elle le montre, et s'en tient là. L'animal humain n'est pas bon, et dès qu'il peut mordre, il mord. "
Pierre Marcabru, Le Figaro, 9-10 décembre 2000

Création simultanément à Vienne au Burgtheater (29 octobre 2000) par Luc Bondy, à Paris au Théâtre Antoine (7 novembre 2000) par Patrice Kerbrat, à Athènes au Théâtre Broadway (10 novembre 2000) par Georges Remoyndos, à Londres (2 décembre 2000) au Royal National Theatre par Matthew Warchus.
Création au Théâtre Antoine le 7 novembre 2000.
M.e.s : Patrice Kerbrat. - Ass. m.e.s : Anne Bourgeois. - Déc. : Édouard Laug. - Lum. : Laurent Béal. - Son : Jérôme Vicat-Blanc. - Cost. : Pascale Fournier. - Avec : Yasmina Reza, Catherine Frot, Richard Berry, Stéphane Freiss.
Traductions disponibles en anglais par Christopher Hampton (Life x 3) publiée chez Faber and Faber, en allemand par Eugen Helme (Drei Mal Leben), en grec par Erricos Bellies (3 Fores Zoi).


Personnages : 2 femme(s) - 2 homme(s) -
Éditions Albin-Michel. - www.albin-michel.fr

Soir. Un salon. Le plus abstrait possible. Ni murs, ni portes; comme à ciel ouvert. Ce qui compte, c'est l'idée du salon.
Sonia est assise, en robe de chambre. Elle lit un dossier.
Henri apparaît.
HENRI : Il veut un gâteau.
SONIA : Il vient de se laver les dents.
HENRI : Il réclame un gâteau.
SONIA : Il sait très bien qu'il n'y a pas de gâteau au lit.
HENRI : Va lui dire.
SONIA : Pourquoi tu ne lui as pas dit?