SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
La Suspension du plongeur
Lionel Spycher
La Suspension du plongeur
Sarah Karbasnikoff, Régis Royer, Rebecca Aichouba / Photo : Lot
Actes du théâtre n° 17.[ imprimer ]

«L’hôtel Europa est un hôtel de luxe dans une grande ville quelque part à l’Est. Markus Seemann, récemment expatrié de son Allemagne natale pour développer de respectables concessions automobiles, y rencontre Igor Mekhotov, un Russe trafiquant de voitures volées. Dans l’hôtel, il y a aussi un Français associé à Igor qui tente de vivre une histoire d’amour avec une jeune et riche héritière anglaise. […]
Se joue ici, le système D de l’Est contre l’intégrité bourgeoise de l’Ouest. […] Ce pourrait être un pâle James Bond si Spycher ne retournait la situation et les personnages comme un gant. Les masques tombent et chacun se noie dans le vide de ses rêves.
Corinne Denailles, Zurban, 4 juin 2003

«L’auteur Lionel Spycher met en scène sa pièce comme une fable moderne où le socialisme vaincu et le capitalisme triomphant s’ensemencent mutuellement.»
Laurence Liban, L’Express, 19 juin 2003

Créé à la Comédie de Reims, 13-17 mai 2003, puis Théâtre du Rond-Point, Théâtre de Sartrouville, Théâtre de Nice.
M.e.s. de l’auteur. Décor : Jacques Gabel. Lumières : William Lambert. Son : Sylvère Caton. Costumes : Olga Karpinsky. Avec : Jean-Michel Dupuis, Alain Fromager, Sarah Karbasnikoff, Régis Royer, Rebecca Aïchouba.
Traductions en polonais et en allemand.

Personnages : 2 femme(s) - 3 homme(s) -
Éditions Actes-Sud – Papiers.

MARKUS SEEMAN Allons-y. Expliquez. En quoi sommes-nous associés mon cher Monsieur
IGOR MEKHOTOV Eh bien c’est simple : vous vendez des voitures, je m’emploie à les faire voler et vos clients vous en rachètent d’autres. Vous y gagnez car, étant donné la durée de vie de vos modèles, on n’en changerait pas tellement souvent si personne n’en volait.
MARKUS SEEMAN C’est exact, mais vos clients m’échappent et ça n’a rien d’une réelle association. Vous jouez sur les mots.
IGOR MEKHOTOV Mes clients n’ont pas les moyens d’acheter vos voitures à la sortie de l’usine.
MARKUS SEEMAN Nos véhicules perdraient de leur prestige si tout le monde pouvait en acheter.
IGOR MEKHOTOV Laissez donc le prestige à ceux que l’argent n’intéresse pas.
Vos clients vous rachètent donc un nouveau modèle à chaque fois que je vole l’ancien. Avant, ils ont touché l’argent de l’assurance et cette fois-ci, ils prendront la très efficace et coûteuse option antivol mise au point par vos ingénieurs.
Tout est bien, n’est-ce pas
MARKUS SEEMAN C’est en série.
IGOR MEKHOTOV Pardon
MARKUS SEEMAN C’est livré en série sur tous nos nouveaux modèles. L’antivol.
IGOR MEKHOTOV Oui d’accord.
D’autre part, mes clients viendront vous acheter des pièces de rechange, plus tard. Encore de l’argent pour vous car j’ai arrêté le commerce des pièces détachées. C’est bon pour l’Afrique, la pièce détachée, ici ça ne rapporte plus. Bref, vous y gagnez sur toute la ligne. C’est pour cela que je me permets de dire que nous sommes associés. Le problème, c’est que dans notre association, je vous en donne beaucoup plus que vous ne m’en donnez.
MARKUS SEEMAN Admettons que nous soyons malheureusement, malencontreusement associés quelque part…
IGOR MEKHOTOV Vos finances ne peuvent pas dire «malheureusement.
MARKUS SEEMAN En quoi pourrions-nous être encore plus associés sans que je ne devienne bientôt aussi malhonnête que vous et vos complices
IGOR MEKHOTOV La malhonnêteté est bien relative. Par exemple dans une association inéquitable, le plus lésé pourrait bien trouver l’autre malhonnête.