SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
Sous contrôle
Frédéric Sonntag
Sous contrôle
photo: Jean-Paul Lozouet
Actes du théâtre n° 35.[ imprimer ]
Au sein d’un état de surveillance généralisée, sympathisants et opposants au régime s’espionnent dans une atmosphère de paranoïa permanente qui n’est pas sans créer de graves troubles des identités et des comportements. Mais ne sont-ils pas en réalité que les acteurs d’une série télé ? En 22 séquences, Sous contrôle décrit un monde où les fils de la réalité ne peuvent se démêler de ceux de la fiction, où Politique et Spectacle semblent ne jamais pouvoir être dissociés.

« Sous contrôle, un texte terriblement actuel, traitant de la télésurveillance, de la délation, de la paranoïa. (…) Un texte terriblement réaliste se dissimulant dans des situations ubuesques. (…) Des moments forts emprunts d’humour quelquefois grinçant. Une question essentielle : ‘Mais qui surveille les surveillants ? Qui nous surveille ?‘ »
L’Est Républicain, 25 août 2009

Créée le 29 mai 2009 à la Maison de Pratiques Amateurs.
Mise en scène : Frédérique Pierson. Avec : Clément Bertonneau, Léonard Berthet-Rivière, Camille Davin, Mona Gouaux, Mathieu Hoornaert, Apolline Kabelaan, Julien Planchez, Marie-Camille Raynaud, Vidji Sabarros, Marina Zarna.
Mise en espace le 23 août 2009 à la Mousson d’Eté par Eric Lehembre.

Personnages : 9 femme(s) - 8 homme(s) -
L'Avant-Scène Théâtre - www.avant-scene-theatre.com

LA FEMME QUI PENSE QUE SA VIE EST UNE SERIE TELE
Je viens vous voir parce que, voilà, j’aimerais que vous arrêtiez de tourner votre série sur moi. Oui, j’aimerais vraiment que vous mettiez un terme à votre programme, parce que, c’est bon, je sais que vous me filmez jour et nuit, où que je sois, que tous les gens que je connais, que je côtoie, sont des acteurs que vous employez, qu’ils jouent tous un rôle que vous avez écrit, c’est bon, j’ai compris. Ça ne sert à rien de faire semblant, de faire comme si vous ne compreniez pas, je sais très bien que tout est mis en scène, que tout est minutieusement préparé, que toute ma vie n’est en réalité qu’une série que vous tournez depuis longtemps, j’ai bien compris, vous pensiez quoi, que je ne finirais jamais par me rendre compte ? Et voilà, maintenant, j’aimerais que vous arrêtiez, c’est tout. J’aimerais que vous cessiez de me filmer partout où je vais, que vous arrêtiez de me faire croire que tout est normal absolument normal alors que je sais très bien que vous les payez tous pour qu’ils jouent leur rôle. Remarquez, ils jouent très bien, ce n’est pas là le problème, à part peut-être celui qui joue mon père, voilà, celui-là, je trouve qu’il surjoue un peu, que son jeu est un peu forcé, voilà, un peu trop incarné peut-être, qu’il incarne un peu trop la figure du père autoritaire, mais sinon je trouve que la distribution est plutôt bien faite, vous avez dans l’ensemble plutôt bien travaillé, je dis dans l’ensemble parce que, pour tout vous dire, je ne suis pas vraiment d’accord sur la façon dont toutes les choses se sont déroulées, la fin de la saison 6 par exemple, pour tout vous dire, je la trouve plutôt bâclée, vraiment, la mort de ma mère et mon père qui sombre dans l’alcool et moi qui tout à coup me réfugie dans les bras du premier venu, j’ai trouvé ça un peu gros, un peu facile, par contre la saison 4 était vraiment une très bonne saison, ma préférée peut-être avec la saison 8, et puis il y a le début de la saison 7 aussi que j’aime beaucoup.