SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
L'Une
Denis Lachaud
Actes du théâtre n° 47.[ imprimer ]
Une femme (L’Une) annonce à son mari qu'elle ne l'aime plus, qu'elle souhaite le quitter. L'arrivée de leurs deux enfants interrompt l'explication.
C’est grâce au soutien d’une autre femme qui est là, que seule L’Une voit et entend, qu’elle parvient enfin à dire ce qu’elle doit dire, ce qui doit être dit.
Les enfants refusent d’entendre, mais forte de ce qu’elle est parvenue à dire, L’Une quitte son mari. Elle trouve un appartement. Elle invite ses enfants pour leur annoncer qu’elle les quitte, eux aussi…

« À l’automne 2010, Arthur Nauzyciel présente à New York une mise en espace d’Hétéro et L’Une avec les acteurs américains de Julius Caesar. Il a souhaité faire écho à cet événement et mettre à l’honneur l’écriture de Denis Lachaud en dirigeant deux lectures présentées lors d’une même soirée et dans lesquelles les spectateurs du CDN retrouveront des comédiens qui, du Malade imaginaire à L’Image, ont participé à ses créations. »
Présentation de la mise en voix de L’Une et Hétéro sur le site du CDN Orléans

Présentation le 14 février 2011 au CDN d’Orléans et le 28 février 2011 à Théâtre Ouvert.
Mise en voix : Arthur Nauzyciel. Avec : Christine Vézinet, Valérie de Dietrich, Frédéric Pierrot, Lou Doillon, Benoît Giros, Alice Hubball, Damien Jalet.

Personnages : 4 femme(s) - 3 homme(s) -
Actes Sud - Papiers - www.actes-sud.fr/

1

L’UNE
Je ne t’aime plus
Je t’ai aimé je ne t’aime plus
Je t’ai aimé oui
de tout mon être
J’ai porté ça comme j’ai porté notre fils comme j’ai porté notre fille
le poids que ça pèse
j’ai porté ça
dans ma chair
je l’ai porté
J’ai aimé le porter le nourrir
tant que ça respirait
avant que ça suffoque
Aujourd’hui je te regarde
je te connais
tu entres en moi par les yeux et tu sais ce que je me dis

SON MARI
Non

L’UNE
Je me dis je ne porte plus rien Voilà ce que je me dis Je me dis je ne sens plus rien tu entres en moi comme avant tu entres
par les yeux
par le ventre
par les pores
non tu n’entres plus
Tu n’entres plus en moi
Voilà ce que je me dis
Plus rien de toi n’entre en moi
C’est terminé
Ne pleure pas
Ou si
Pleure si tu pleures
Il y a de quoi pleurer
J’ai beaucoup pleuré moi aussi
Tu le sais

SON MARI
Non

L’UNE
Pendant que ça suffoquait
J’ai beaucoup pleuré pendant que ça mourait en moi
Non tu ne le sais pas

SON MARI
Je n’ai rien vu
Tu ne m’as rien dit
Tu ne m’as pas prévenu
Tu ne m’as pas mis en garde

L’UNE
Je ne pouvais pas
Je ne pouvais pas te prévenir je ne pouvais pas y croire
J’avais peur
Je ne pouvais pas imaginer vivre sans ça à l’intérieur de moi
ça qui a cru à l’intérieur de moi pendant des années
pendant les années où je croissais moi-même à l’intérieur de moi
Et ça s’étouffait
et je me battais pour que ça respire
Je me suis battue
comme si ça à l’intérieur de moi c’était moi

SON MARI
Tu ne m’as rien dit

L’UNE
Non
C’est vrai Non

SON MARI
Pourquoi

L’UNE
C’est mort jour après jour
Ça a fini par mourir
Je ne t’ai rien dit non
On ne se dit rien

SON MARI
Non
On ne se dit rien

L’UNE
Quand c’est mort j’ai su que ça n’était pas moi
que moi
il reste moi après que ça
C’est difficile
Quand c’est mort ça a libéré de la place en moi
pour vivre je crois
C’est ce que je me dis
Il y a de la place en moi pour vivre

© Actes Sud