SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
Des gens intelligents
Marc Fayet
Des gens intelligents
photo : Céline Nieszawer
Actes du théâtre n° 77.[ imprimer ]
David, qui est un garçon sensé et réfléchi, a décidé de se séparer de Chloé. Chloé, qui est une fille habile et déterminée, ne l’entend pas vraiment de cette oreille. Leurs amis qui sont des gens prudents et attentionnés sont un petit peu embêtés. C’est donc une histoire ordinaire et très originale, car tout est différent quand on est intelligent… ou pas.

« Marc Fayet est là à deux doigts d’écrire une pièce à la Sarraute ou à la Reza. Certaines scènes sont épatantes d’intelligence (l’intelligence d’un individu au sein d’un groupe étant d’ailleurs le thème souterrain de la pièce). »
Gilles Costaz, Le Figaro Magazine, 8 septembre 2014

« C’est toujours un plaisir de découvrir une comédie de Marc Fayet. Maniant à merveille les répliques, les retournements de situations, le comédien-auteur sait trousser un texte drôle et intelligent. Il met en place une machinerie implacable qui raconte comment une idée saugrenue devient une petite bombe à retardement pour tous. L’auteur croque des personnages hauts en couleur qui permettent aux comédiens de s’éclater, et nous aussi. »
Marie-Céline Nivière, Pariscope

« La typologie homme/femme aujourd’hui subit une drôle de cure de jouvence avec un humour décapant. »
Artistik Rezo

Création le 27 Août 2014 au théâtre de Paris, salle Réjane.
Mise en scène : José Paul. Avec : Marc Fayet, Gérard Loussine, Lisa Martino, Lysiane Meis, Marie Piton, Stéphan Wojtowicz.

Personnages : 3 femme(s) - 3 homme(s) -

SCENE 1
Fin d’après-midi. David, Alexandre et Thomas dans le salon chez David.

DAVID Et là je lui ai dit droit dans les yeux : « Chloé. Je crois que le moment est venu de nous rendre nos libertés ».
ALEXANDRE Direct ?
DAVID Direct, absolument. Puis j’ai rajouté « Tu vois Chloé ! Notre histoire a été dense, elle a été fabuleuse, elle a été enrichissante, virevoltante, mais aujourd’hui… »
THOMAS « Virevoltante » c’est vachement bien ça. On l’utilise pas assez ce mot.
ALEXANDRE Ne l’interromps pas tout le temps, toi !
THOMAS Excuse !
DAVID « Mais aujourd’hui nous sommes arrivés au bout du meilleur de ce que nous pouvions espérer… »
THOMAS « Le bout du meilleur » c’est bien ça aussi.
ALEXANDRE Thomas !
THOMAS Pardon.
DAVID « C’est même faire acte de générosité et de partage que de se le dire pour permettre à chacun de nous de continuer à grandir et de s’épanouir dans la vie qui nous ouvre ses bras à toi comme à moi. » Et là, je lui ai pris la main et je lui ai dit : « Cette vie qui nous attend Chloé, nous promet encore une immensité de bonheur et d’amour à venir, j’en suis certain.»
THOMAS Putain ! La vache ! Comment t’as assuré !
ALEXANDRE C’est ce que tu lui as dit ?
DAVID A peu près.
ALEXANDRE Et elle ne t’a pas insulté ?
DAVID Pourquoi tu voudrais qu’elle m’insulte ?
ALEXANDRE Je sais pas. Tu la largues quand même comme une vieille chaussette.
DAVID Absolument pas. Je lui dis les choses sincèrement et dans notre intérêt commun.
THOMAS C’est vachement bien au contraire.
ALEXANDRE Mais elle a dû réagir un petit peu quand même, non ?
DAVID C’est-à-dire ?
ALEXANDRE Je ne sais pas moi, un cri… Une insulte.
DAVID Non, non pas de cri, pas d’insulte.
ALEXANDRE Elle n’a rien dit ?
DAVID Si.
ALEXANDRE Ah ! Qu’est-ce qu’elle a dit ?
DAVID D’abord elle a pris un assez long temps.
ALEXANDRE Tu m’étonnes !
DAVID Elle a pris un assez long temps et elle m’a dit. « Tu as raison David. »
ALEXANDRE « Tu as raison David » ?
DAVID Exactement.
ALEXANDRE C’est tout ?
DAVID C’est tout.
THOMAS La classe !
ALEXANDRE Et elle n’a pas essayé de te foutre sa main dans la gueule ?
THOMAS Pourquoi tu veux qu’elle fasse une chose pareille Alexandre ?
ALEXANDRE Parce que ça se fait parfois dans ce genre de situation.
THOMAS Mais pas elle, elle est vachement intelligente comme fille.
ALEXANDRE Ça n’a rien à voir avec l’intelligence, Thomas. Il y a des moments dans la vie où lorsqu’on se sent trahi, humilié, on a envie de hurler, de cogner…
DAVID Où tu vois de la trahison là-dedans ?
THOMAS Ben oui, où ?
ALEXANDRE Où ? Mais rassure-moi, elle était dans son état normal, ou tu lui as raconté tout ça pendant qu’elle dormait ?
DAVID Non, nous étions tous les deux assis l’un en face de l’autre dans le salon, elle était en train de lire un bouquin et moi je venais de mettre une bûche dans la cheminée.
THOMAS Super !
ALEXANDRE Super… Et donc une fois qu’elle t’a dit « Tu as raison, David. », qu’est-ce qu’il s’est passé ?
DAVID Il y a eu un très long temps.
ALEXANDRE Tu m’étonnes encore.
DAVID Et je l’ai prise dans mes bras. Tout simplement. On s’est serré très fort, c’était très tendre, très fusionnel, tu vois ? Sans prononcer un mot pendant de longues minutes et puis peu à peu on a commencé à définir les nouvelles règles de notre relation.
THOMAS « Les nouvelles règles de votre relation ». C’est vachement bien dit ça aussi.
ALEXANDRE Mais arrête de t’extasier sur tout toi !
THOMAS J’ai bien le droit d’être admiratif de ce qu’il s’est passé entre David et Chloé quand même ?
ALEXANDRE Qu’est-ce qu’il y a d’admirable là-dedans ?
THOMAS La façon dont ça se passe ! C’est rare ! L’osmose !
ALEXANDRE L’osmose ? Pour dire « Tchao Chloé, je me casse » ?
DAVID Je me casse pas, on se sépare d’un commun accord.
ALEXANDRE D’un commun accord ? Sans en avoir parlé avant ? Mais enfin David, il faut être totalement lobotomisé pour sortir des choses pareilles et être sous Prozac pour les accepter !
DAVID Non, pardon de te décevoir mais cela s’est fait dans une transparence absolue.
THOMAS Nickel !
ALEXANDRE Attends Thomas ! Réfléchis une seconde. Tu te vois dans cette situation-là avec ta gonzesse toi ?
THOMAS D’abord c’est pas une gonzesse, c’est Gina et en plus elle est corse, ce qui veut dire qu’elle peut pas prendre la chose avec autant de détachement, c’est une question de culture.
ALEXANDRE Ça n’a rien à voir avec sa culture imbécile, c’est simplement qu’elle doit t’aimer un peu, c’est tout.
THOMAS Justement. C’est ça qui serait beau, que même avec son amour elle me réponde avec autant de gentillesse.
ALEXANDRE Moi si j’étais une femme et que j’entendais des trucs pareils j’aurais envie de t’arracher les yeux.
DAVID Premièrement tu n’es pas une femme, deuxièmement tu ne sais rien de ce que je vis avec Chloé et troisièmement, tout le monde ne fonctionne pas de la même manière que toi.
THOMAS Exactement.
DAVID Et c’est ça que tu ne peux pas concevoir.
ALEXANDRE Moi je ne peux pas le concevoir ? C’est bien la première fois qu’on me reproche ça. C’est justement parce que je connais très bien la nature humaine que j’arrive à me mettre à la place des autres.
DAVID Oh eh ! L’humanité ne s’est pas donné rendez-vous dans le corps de monsieur Alexandre.
THOMAS Oui faut pas exagérer.
ALEXANDRE Je dis juste que si on a encore un soupçon d’humanité, on doit avoir des impulsions, des réactions un peu plus passionnées, tu vois ?
DAVID Non je ne vois pas. Nous sommes simplement plus pondérés et plus réfléchis. Question de mutation.
ALEXANDRE De mutation ? Tu veux me faire croire qu’on est passé de l’instinct animal à l’instinct végétal c’est ça ?
DAVID Non, on est passé de l’animal à l’hominien.
ALEXANDRE C’est quoi ça l’hominien ?