SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

la moisson des auteurs

 
     
La vie va où ? ...
Michèle Guigon
La vie va où ? ...
Photo Rappeneau
Actes du théâtre n° 77.[ imprimer ]
Michèle Guigon, dans ce texte, mène sa vie comme une (en)quête. L'air de rien, par petites touches pleines de lucidité et de poésie, elle s'interroge et nous avec.
Et ses questions nous emmènent dans un voyage grave et drôle sur la vie… drôle et grave.
Comme au sommet d'un art qu'elle peaufine depuis des années, elle saisit des brins de vie à pleines dents et tire l'extraordinaire de l'ordinaire.
L'humour pour balancier, elle "funambulise" sur le fil de la vie et nous fait passer du rire aux larmes.

« Une grande part de la vie s’agit de la mort, c’est inévitable.
La prestation de Michèle Guigon vole bien au-delà toutes les façons de parler de nous sur terre.
Elle parle de nous tous condamnés de rire… et de pleurer… et de mourir aussi, en attendant mieux.
Aujourd’hui vous ne trouverez pas mieux d’aller voir le spectacle de Michèle Guigon. Avant que ce soit trop tard, évidemment. »
Howard Buten, 15 juin 2008

Créé à l'Espace 1789 de Saint-Ouen du 4 au 22 avril 2008. Puis reprises.
De et avec Michèle Guigon. Écriture, musiques, chansons: Michèle Guigon.
Coécriture : Susy Firth, Anne Artigau.

Personnages : 1 femme(s) -
caminoverde (livre/CD) - www.caminoverde.com

Des questions ?
Non ?
Je vous demande ça parce que moi je m’en pose beaucoup.
Des questions sur la vie essentiellement. Comment la vie ?... Pourquoi ? Où ?... Et pour quoi ?…

L’autre jour je me disais :
Puisque l’homme veut toujours du nouveau, pourquoi a-t-il si peur du changement ?
Si on marche dos à la lumière, est-ce qu’on est guidé par son ombre ?...
Je suis aussi capable de m’occuper l’esprit avec des questions genre « combien peut valoir la lettre « k » au scrabble finlandais ? »
Néanmoins, principalement des questions sur la vie. À telle enseigne que l’autre jour je me suis dit qu’il faudrait que j’arrête de me poser tant de questions sur ce qu’est la vie, parce qu’à la fin… je vais me rendre compte que c’est ce qui vient de passer ! !
Ah, ben oui, on va parler de la vie, donc de la mort, de la vieillesse, de la maladie… On va bien se marrer !
À 20 ans, on n'a pas idée de ce que c'est que mourir. Déjà, on n'imagine pas ce que c'est que vieillir. À 20 ans, 40 ans c’est si loin que c’est improbable que ça nous arrive.
Alors qu’une fois qu’on a atteint 40 ans, 60… et même 80, c’est envisageable !
À 20 ans on se dit que si on perd une jambe ou un sein, c’est une injustice intolérable ; et on pense que plus tard, disons à 45 ans, ça irait, c’est acceptable ! Non, c’est chiant aussi ! On a à peu près le même genre de soucis, on n’a pas changé de galaxie.

La vie va où ?...
J'ai failli le savoir! J'ai fait maladie grave, catégorie "Espoir Féminin" : cancer du sein!
Ouah, le voyage. Celui-là je ne l'aurais pas choisi sur brochure ; le confort est nul, on vomit pendant les trajets, on dort mal … Ah, ça, pour traverser une maladie, faut avoir la santé !

Mais j'ai préféré faire ce voyage plutôt que rester au bord de ma vie.

Maintenant, je fais grande confiance à la vie.
Bien sûr elle est fragile, extrêmement ; elle ne tient qu'à un fil, il faut être funambule pour la traverser.
En même temps, j'ai vraiment ressenti que La Vie, à laquelle ma vie appartient, est indestructible, Elle.