la moisson des auteurs

 
     
 
La Fin des monstres
Jean-Paul Wenzel
 
Actes du théâtre n° 1.


« Depuis 1989, les murs sont tombés. De ce côté-ci, trop de viande et trop peu de silence ! De l’autre, trop de silence et trop peu de viande ! Le trop a engendré des monstruosités. Le trop peu aussi...
« Le cirque Passeiev est du côté du silence et du manque de viande qui met les nerfs à vif Les rêves aussi. Rêves d’itinérance enlisés, rêves de représentation idéale, sans bavure ni approximation… mais non. Trop de débordements, de chaos, trop de promiscuité, de sentiments mêlés, trop de colères, d’amours immenses et muets. Trop qui fait dévier le couteau de Tony vers la gorge de son père. Trop qui empoisonne Catzouro, le chien fétiche !
« Du côté du trop de viande on est à l’affût de tout ce qui se monnaye. Il y a un marché à prendre. On le prend On sait qu’il y a des rêves d’Amérique!
« Tony et Eva s’apprêtent à refaire leur numéro devant les caméras du monde. Ils ne savent pas que la petite piste a disparu. Les Monstres, eux, se tiennent hors du cadre, définitivement singuliers, irreproductibles. Bêtes de foire, bêtes de scène, monstres humains. »
Ariette Namiand

Théâtre de l’Aquarium, 8 au 13 avril. Créé le 3 décembre 1993 au Théâtre des Ilets, Montluçon.
Mise en scène : Jean-Paul Wenzel. Décor, Costumes : Jean-Vincent Lombard. Musique : Bertrand Binet. Lumières : Michaël Serejnikoff. Avec : Olga Abrego, Véronique Alain, Bertrand Binet, Eric Jacquet, Gérard Morel, Yann Nedelec, Olivier Perrier, Julie Turin.

Personnages : 3 femme(s) - 5 homme(s) -

Pas d'extrait disponible pour cette oeuvre.