SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
Entr'Actes
accueil
la moisson des auteurs
à l'étranger
la moisson des traductions
paroles d'auteurs
à l'affiche
au catalogue des éditeurs
archives actes du théâtre
 
 
Actes du théâtre :
la lettre d'information
 
Plan du site
 
[ anglais ]
 
 

paroles d'auteurs

 
     
     
 

Humeur d'auteur

 
 
Yuyao Carlot Le Dîner de cons | Yuyao Carlot

Yuyao Carlot, co-traductrice avec Zhiping Hou, du Dîner de cons en mandarin, répond à nos questions sur la place du théâtre en Chine.


 

Entr'Actes Existe-t-il une tradition théâtrale chinoise ? Quelle est la place de ce divertissement en Chine par rapport au cinéma, à la danse, à la télévision ? Le prix des places est-il abordable ?

Yuyao Carlot L’art du spectacle vivant existe depuis aussi longtemps que la Chine. Quand on me demande s’il y a une tradition théâtrale chinoise, je réponds chaque fois par l’affirmative. L’acrobatie chinoise et l’opéra de Pékin font partie des divertissements quotidiens des Chinois depuis des dynasties.
Mais si l’on me demande s’il y a une tradition du théâtre de texte en Chine, je réponds alors par la négative. Le théâtre de texte a été importé seulement en 1907. La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils et La Case de l’Oncle Tom d’Harriet Beecher-Stowe ont été les toutes premières pièces montées en Chine. Cette année 2007 est donc le centenaire du théâtre de texte en Chine. Cet évènement n’a bien sûr pas été oublié. Les médias en parlent, le gouvernement en parle, les intellectuels en parlent aussi. Mais ce centenaire ne fait pas la joie de tous. En effet, la création est en berne : la Chine manque d’auteur et peu de textes de qualité ont vu le jour depuis les années 90. Un metteur en scène de Pékin a même déclaré : « Le centenaire du théâtre de texte chinois est aussi son enterrement. Ne faites surtout pas la fête, nous devons plutôt faire son deuil ».

Le théâtre n’est pas un divertissement courant en Chine. Il a souvent été considéré comme un moyen de propagande pendant les deux guerres mondiales et après la libération de 1949, puis il a rapidement cédé la place à la télévision et le cinéma. Aujourd’hui, le théâtre est un produit culturel destiné au divertissement et à l’exploitation commerciale. Cependant, il ne parvient pas encore à toucher le grand public en raison du prix très élevé des billets. Le théâtre est une sortie « luxueuse » en Chine. Une place pour le Dîner de cons coûte entre 100-500 yuans, soit entre 10 et 50 euros. 50 euros représentent 10% du salaire moyen d’un Shanghaien. Pour vous donner une idée, une place du cinéma en Chine coûte 5 euros. A choisir entre le théâtre et le cinéma, on préfère souvent le grand écran.


E'A Le théâtre étranger en Chine subit-il une influence anglo-saxonne, germanique, francophone? Quels sont les auteurs et les genres de spectacle les plus appréciés ?

YC Par curiosité, j’ai lancé sur google, en langue chinoise, une recherche sur « le théâtre français en Chine ». La première page de résultats était exclusivement remplie de références au Dîner de cons. Je suis vraiment contente que ce spectacle fasse autant parler de lui. C’est un véritable succès. Mais les résultats de ma recherche se limitaient à cette pièce. En lançant une requête sur « le théâtre anglais en Chine » ou « le théâtre russe en Chine », les résultats, beaucoup plus variés, ont démontré un autre degré d’ouverture. J’ai alors trouvé des liens sur des auteurs de renom, des théâtres connus et sur des publications thématiques comme « théâtre russe et théâtre chinois ».

Les auteurs les plus joués en Chine sont les premiers auteurs de pièces chinoises écrites après 1907. Ces auteurs, Cao Yu, Guo Moruo sont toujours à l’affiche aujourd’hui. Le chef d’œuvre de Cao Yu, L’Orage, a été repris deux fois cette année, une fois à Pékin dans sa version originale, une fois à Shanghai dans une nouvelle version musicale. Ces auteurs sont aussi très influencés par les théâtres russes et anglo-saxons. Shakespeare est un auteur très présent. La Tempête vient d’être jouée, pour la première fois en langue anglaise, par le théâtre Northern Broadsides d’Angleterre ! Ceci étant, les genres de spectacles les plus appréciés à l’heure actuelle sont les genres comique et musical, création chinoise ou importée.

La comédie musicale est en vogue en Chine. En mars 2006, suite au feu vert du gouvernement chinois, Nederlander Worldwide Entertainment a créé la première compagnie internationale due spectacle vivant en Chine. Cette compagnie s’appelle Broadway China Network. Elle collabore avec une dizaine de théâtres chinois pour organiser la tournée de la comédie musicale Broadway en Chine. Mama Mia a battu le record de fréquentation du public avec 50 000 personnes en un mois et 99,9% de remplissage à Shanghai. La première de 42nd Street a eu lieu en septembre à Pékin.


E'A Y a-t-il des théâtres privés et des théâtres subventionnés ? Quels sont les villes et les théâtres les plus actifs (notamment vis-à-vis du théâtre étranger) ? Comment se fait la promotion des spectacles ?

YC Il y a environ 3000 salles de théâtres en Chine, de toutes les tailles. Ce sont des théâtres villageois, municipaux, voire universitaires. La plupart de ces salles ouvrent seulement trois ou quatre fois par an, pour accueillir un spectacle pendant le Nouvel An Chinois et organiser localement un concert. Le marché théâtral est concentré dans les villes de Pékin, Shanghai, Guangzhou et Hong Kong. Le Théâtre d’Art du Peuple de Pékin, Le Théâtre National de Chine à Pékin et le Centre d’art dramatique de Shanghai sont les trois plus importants théâtres de Chine. Par exemple, le Théâtre d’Art du Peuple de Pékin a trois salles (900, 400, 200 places). A eux trois, ils assurent la plupart des productions et organisent les tournées dans les autres villes. Ces trois théâtres coproduisent chaque année des pièces étrangères avec des producteurs indépendants. Le Dîner de cons est coproduit par le Centre d’Art Dramatique de Shanghai et une productrice franco-chinoise, avec l’aide de la SACD. Ce Centre a donné une quarantaine de spectacles durant la saison 2006-2007, dont une dizaine de spectacles en provenance de l’étranger (théâtre, danse, cirque…). La gestion du Centre d’Art Dramatique de Shanghai est très moderne. Son mode de financement est sensiblement identique à celui d’un théâtre européen. Il se compose de subventions, de la recette billetterie, de la vente du spectacle et des produits dérivés. Chaque partie représente respectivement un tiers des revenus.

Quant à la gestion, les théâtres emploient uniquement des salariés permanents. Il n’y a pas de système d’emploi saisonnier. Après leur formation, les comédiens les plus chanceux trouvent un agent et gèrent leur carrière de manière indépendante. Les autres sont embauchés immédiatement par un théâtre tout en gardant la possibilité de travailler en parallèle sur des projets de cinéma. Par conséquent, les effectifs des théâtres en Chine sont plus importants qu’en Europe. Pour exemple, la Compagnie Nationale Théâtre de Chine compte 600 salariés alors que la Comédie Française en emploie 400.

Le budget de promotion occupe une place de plus en plus importante. La publicité du théâtre se fait par tous les moyens. Celle du Dîner de cons est faite non seulement via la radio et la presse écrite, mais aussi au moyen de spots publicitaires diffusés à la télévision, sur Internet et même dans les taxis.

Quand un spectacle part en tournée, il faut avant tout s’assurer d’avoir une ou deux « stars » dans l’équipe. Le spectacle reste normalement deux ou trois soirs dans chaque ville. Après avoir donné 15 représentations à Shanghai en juillet, la tournée du Dîner de cons a déjà traversé dix villes  et  deux provinces (Jiang Su et Zhe Jiang) en un mois.  Elle s’est terminée au Poly théâtre de Pékin, la salle la plus prestigieuse de la Capitale, le 31 août. Cette dernière, qui a une jauge de 1 500 places, a accueilli pendant le mois d’août la tournée de Mama Mia avec 16 représentations. Le Dîner de cons vient de clôturer l’été pékinois avec trois représentations.  Une nouvelle aventure se poursuit depuis fin septembre dans le sud de la Chine.


E'A Les grands comédiens sont-ils connus aussi à la télé, au cinéma ? Y a-t-il des conservatoires ?

YC Les grands comédiens de théâtre sont tout d’abord des comédiens du cinéma ou de télévision. Les étudiants qui ont un cursus de théâtre tentent en priorité leur chance au petit ou au grand écran. Le théâtre est toujours leur dernier choix. Aujourd’hui, on remarque que les stars de cinéma ou des séries télévisuelles remontent de temps en temps sur scène pour « s’amuser ».
Ces comédiens sortent essentiellement des trois écoles existant en Chine : l’Académie Centrale d’Art Dramatique (Gong Li, Zhang Ziyi sont diplômées de cette école), l’Académie du Théâtre de Shanghai et l’Académie du Cinéma de Pékin. Ces trois établissements ont un niveau universitaire équivalent.


E'A Comment s’organise la circulation/diffusion des textes en chine (que ces textes soient étrangers ou chinois) ? Existe-t-il des éditeurs de pièces de théâtres ? Quels sont les thèmes qui intéressent les chinois ?

YC Beaucoup d’éditeurs publient les textes en Chine. Mais ce ne sont que des textes qui existent depuis un certain temps. Les textes contemporains ne sont pas demandés par ces éditeurs qui préfèrent éviter la prise de risque. En ce moment, les théâtres de texte à l’affiche fonctionnent par le bouche à oreille. Par exemple, un auteur « amateur » a diffusé un roman sur Internet l’année dernière. Ce roman a tout de suite attiré l’attention de toute la société. L’histoire raconte la problématique du triangle traditionnel dans une famille : la jeune mariée, la belle-mère et le jeune mari vivent sous le même toit. C’est un sujet très intéressant car les Chinois vivent actuellement dans un contexte qui combine modernité et tradition. Ce roman a rencontré un grand succès (je l’ai lu aussi sur Internet) et a suscité un grand débat. Du coup, cette histoire a été adaptée à la télévision puis au théâtre. L’adaptation théâtrale est en train de devenir le spectacle de l’année.


E'A Quels sont les problèmes spécifiques de traduction ?

YC La traduction est aussi une adaptation. Avant de commencer la traduction du français en chinois, j’essaie tout d’abord de retrouver les éléments communs à ces deux cultures. Le Dîner de cons est une histoire très française, qui prend place dans une ambiance parisienne atypique du 16ème arrondissement. Mais le mépris que les gens sophistiqués de la « haute société » ont parfois à l’égard des gens simples se retrouve partout dans le monde. Les personnages Brochant et Pignon peuvent donc très bien être identifiés par les Chinois.

Ensuite se pose la question de la langue. Le problème de la fidélité au texte survient à chaque fois que l’on rencontre des jeux de mots, des doubles sens ou des chansons traditionnelles... Comment traduire par exemple la chanson du répondeur de François Pignon sur un air de French cancan ? Comment respecter le texte tout en conservant les effets comiques que créent les rimes, le rythme et la mélodie ? J’ai choisi d’inventer de nouvelles paroles en rimes en reprenant l’air d’une chanson chinoise locale populaire démodée. J’ai d’ailleurs proposé au producteur qu’il change l’air de la chanson en fonction des régions où le spectacle serait joué.
Autre difficulté : la traduction des néologismes. François Pignon a baptisé une de ses maquettes « beau Derrick », qui est un clin d’oeil à l’actrice américaine Bo Derek. Ma solution a été de traduire fidèlement en chinois le nom de cette actrice, « bao di ri ke » et de nommer la maquette « bao bei di ri ke », « bao bei » signifiant « bébé » en chinois, ce qui donne au final « bébé Derrick » au lieu de « beau Derrick ».
Entre la France et la Chine, il y a aussi une grande différence culturelle. Quand on vous parle du « Lafite-Rothschild 78 », les Français savent qu’il s’agit d’un grand cru bordelais. Mais la plupart des Chinois n’a jamais entendu parler de tout ceci. Il en va de même pour la désignation par leur couleur des équipes de football, cela n’évoque rien en Chine car cette façon de désigner les équipes n’existe pas. Ainsi, quand François Pignon se moque de l’équipe de Saint-Étienne en criant : « Les Verts ! Les vers de terre !», j’ai utilisé le dicton chinois « s’habiller en vert comme une tortue verte ». En effet, en Chine le mot « tortue » est une insulte utilisée pour qualifier les bons à rien.


E'A Constate-t-on une évolution des représentations de théâtre contemporain ? Si oui, quelles en sont les influences ?

YC Les écrivains chinois écrivent des romans, des essais, des biographies, mais rarement des pièces de théâtre. C’est la raison pour laquelle la Chine manque de bons textes.
Cela explique aussi pourquoi le répertoire musical représente une si grande part du marché. La recherche de la rentabilité ne favorise pas l’évolution du théâtre. La préoccupation des producteurs et des tourneurs est de faire marcher un business qui a une valeur sûre et rentable, ils s’intéressent rarement à des auteurs inconnus. L’insuffisance des soutiens financiers et d’aide à la formation n’incitent pas les auteurs à écrire pour le théâtre. Mais en même temps, le marché des représentations est en train de s’ouvrir. Depuis le 1er septembre 2005, une nouvelle loi autorisant la rentrée des capitaux étrangers pour l’exploitation du spectacle vivant est entrée en vigueur. Les investissements en provenance de l’étranger dans le domaine culturel ne sont plus un tabou. Le spectacle est véritablement devenu un produit de libre-échange.
Le théâtre contemporain a donc encore une marge importante de développement. Je suis très confiante pour son avenir.

 
     
 
[ retour ]